frère des ours

frere des ours

frère des ours

Aujourd’hui j’ai re-regardé Frère des ours avec ma filles, vacances de l’hiver austral à la Réunion oblige.
J’adore ce Disney, j’adore comment les liens fraternels sont évoqués.
On ne peut s’empêcher d’avoir les larmes aux yeux, sans compter ce côté nounours peluche des personnages.
Cette vision de la vengeance et des pulsions meurtrières que nous avons lorsque nous perdons un être cher, en vouloir absolument à quelqu’un même si ce n’est pas de sa responsabilité.
Le côté spirituel est abordé avec les différents animaux totems, notamment l’ours et l’aigle.
D’ailleurs j’ai fait un petit test pour savoir quel serait le mien, et en l’occurence l’ours; cela me va.

Si sa vous tente voilà un petit test:
http://www.animal-totem.fr/animal-totem-test/

Bonnes vacances et ouvrez l’oeil le bon car l’amour se manifeste souvent de manière inattendue, il suffit d’être à l’écoute.

By 2MT

 

 


Youssoupha et son smile

Tu as des chansons comme celle là que tu passes et repasses et tu ne te lasses pas de l’écouter.
Youssoupha ça fait longtemps que tu chantes mais ça ne fait qu’à travers tes 2 derniers albums que j’ai fait mieux connaissance avec toi.
J’aime ton rap, et il y a des chansons qui me parlent plus que d’autres.
Aujourd’hui, c’est smile (souries). Je souris toujours, tous les jours. Je ne peux imaginer une journée sans sourire. Qu’on me le donne ou que je le rende peu importe le sourire se consomme à toutes les sauces chez moi.
Mon mari sourit toujours même quand sa va pas. Les gens le pensent naïfs, car sourire tout le temps semble être du domaine de la naïveté pour beaucoup. “Tu es bizarre car à chaque fois que je te vois tu souris” je cite une de nos connaissances.Voilà maintenant que le sourire est de l’ordre du bizarre. Dans quel monde vit-on!
Ne soyons pas radins, c’est gratuit, sa illumine le visage, et sa fait juste du bien à nous aux autres.
Alors souries à la vie, souries à l’univers…. Moi je souries! et Toi?

By 2MT


Happy feet 2 : un message positif

happy-feet-700x450

Un mercredi après-midi pluvieux à la Réunion. Avec ma petite puce de 4 ans on décide de regarder un dessin animé. Elle choisit Happy feet 2, pourquoi pas ils sont mignons ces manchots qui dansent. Je l’avais déjà vu mais allons y pour une deuxième fois.
Rapidement, mon attention est attirée par des phrases très positives et des messages qui me parlent.
Bien-être, bonheur, développement personnel, dépassement de soi, voici une petite analyse du film.

Réchauffement climatique : attention planète en danger.

L’action se déroule sur la banquise et à cause de la fonte des glaces, une colonie entière de manchots empereurs se retrouve coincée sur un morceau de glace au fond d’une crevasse.
Un bateau de Greenpeace va essayer de les secourir mais la mer va geler et ils ne pourront intervenir.
Nos manchots vont devoir se débrouiller seul.

Will et Bill les krills !

Sous la banquise on retrouve un ban de krill et parmi eux Will et Bill.
Will a décidé de savoir ce qu’il se passe en dehors du ban, alors que son ami essaie de l’en dissuader, en lui disant qu’ils sont krill parmi les krills et que leur sort se résume à faire partie du ban.
Will ne veut pas être un krill comme les autres il a sa propre personnalité, il a un moi, un ego, et il s’en rend compte.
Il entraine avec lui Bill a la découverte de l’extérieur du ban.
Le message est clair : n’hésites pas à sortir du moule si tu veux savoir qui tu es. On nous façonne à l’image de la société, on nous dicte notre façon de penser et d’agir. L’idée est de se surpasser et ne pas hésiter à être différent et à penser différemment.

Sven le faux manchot.

Drole de personnage que ce Sven il sait voler il est adulé par tout le monde. On comprend ensuite qu’il n’est pas un manchot mais un macareux qui a perdu son peuple et s’est installé parmi les manchots
Sa phrase : Si tu veux quelque chose, demande le, alors tu l’auras.
Ici on fait un petit détour par la loi d’attraction, il suffit de demander et l’univers te le donnera.

Bryan et sa colonie d’éléphants de mer.

Erik le petit manchot et son papa Mumbl se retrouvent sur un pont de glace face à un éléphant de mer Bryan, qui refuse de faire demi-tour alors qu’il est plus près du bord ; Il dit que s’il fait marche arrière face à un manchot comment fera-t-il pour garder son statut de chef des éléphants de mer.
Le pont se brise, Bryan atterrit au fond d’une crevasse et Mumbl au péril de sa vie va le sauver.
Plus tard dans le film, Mumbl viendra demander de l’aide à Bryan pour sauver la colonie mais celui refusera dans un premier temps en affirmant qu’il avait autre chose à faire, rompant ainsi sa promesse d’aider celui qui l’avait sauvé.
Erik va alors chanter sa déception face à cette situation et Bryan finira par venir les aider.
Un message positif là encore, où l’Univers guide tes pas et tes rencontres et qu’un jour où l’autre tu sauras pour quelles raisons positives ces événements se sont déroulés.

Pour conclure, la colonie de manchots va être sauvée grâce à l’entraide entre les différentes espèces qui cohabitent sur la banquise du manchot au krill.
Un merveilleux message d’espoir que l’homme devrait appliquer.
Entre loi d’attraction et développement personnel, tout ne tient qu’à nous.
By 2MT


Christine Salem: son gros kér

spiritualité et maloya

spiritualité et maloya

Samedi soir j’ai eu la chance d’aller voir en concert l’une de mes chanteuses de Maloya préférée, Christine Salem.
Christine Salem avec sa voix grave m’a transporté, m’a fait vibrer, m’a emmené dans son monde.
Dans ses interviews elle parle de sa spiritualité, de cette liaison avec le maloya. De ses voyages à la recherche de ses origines, de son langaz cozé.
Christine a assisté à des cérémonies vouées au culte des ancêtres aux Comores, à Madagascar, sa recherche identitaire l’a conduite au Mozambique, à Zanzibar. ” Lorsque l’on cherche on trouve des ancêtres partout dans le monde.” dit-elle.
Elle qui s’est mise à écrire en Arabe alors qu’elle n’avait pas appris cette langue, un Arabe traduit par des experts.
Elle vit des transes sur scène, elle connaît nos traditions et elle partage avec le public ce qui doit être transmis.
Je ne comprends pas toutes les paroles de ses chansons, mais je les ressens. Ça vibre dans mon cœur et dans mon corps.
Le maloya est connecté avec une force venue d’ailleurs et Christine Salem nous le retransmet, libre à chacun de le ressentir.
Ce soir là, j’ai dansé, j’ai chanté, j’ai pleuré.
J’ai dansé un Maloya avec Danyel Waro qui est descendu de scène pour inviter le public à bouger au rythme du maloya.
J’ai chanté des paroles que je ne comprenais pas dans une langue que je ne connaissais pas.
J’ai pleuré en écoutant “Yelo”, et j’ai été très touchée par la reprise en créole de ” Alléluia” de Léonard Cohen.
J’en ai pris plein la vue par le spectacle des choristes et des musiciens.
J’aimais écouter des chansons en mode “guitare-voix” et bien maintenant je sais que je préfère le “roulèr-voix” de Christine Salem.
Cerise sur le gâteau, à la fin du concert j’ai eu la chance d’échanger quelques mots avec Christine Salem. Elle est en fait plus petite que je la voyais mais à travers ses mots et l’émotion j’ai rencontré son Gros Kér.
Petite parenthèse en rentrant sur St Leu, nous avons vu Mr Gilbert Pounia en train de chanter dans un café au bord de la plage. La boucle est bouclée.


Une merveilleuse histoire du temps

Mon coup de cœur cinématographique ” une merveilleuse histoire du temps” relate l’histoire du physicien Stephen Hawking.
De l’amour, de l’humour, de la tendresse, de la physique, de la science, une histoire touchante et merveilleusement bien interprétée par Eddie Redmayne qui vient de recevoir l’Oscar du meilleur acteur. J’aurais adoré l’avoir comme prof de physique, j’aurais eu de meilleurs notes.

citation de hawking

citation de Hawking

 


Maloya mon amour.

Je ne cache pas mon amour pour la musique de mon île le Maloya, classé au patrimoine immatériel de l’Unesco.
Je suis fière de partager cette musique qui me fait vibrer ainsi que des milliers de Réunionnais.
En allant sur le web j’ai trouvé cette vidéo très sympathique et très intense.
Les images parlent d’elles mêmes. Merci Kiltir pour ce moment merci au groupe qui t’accompagne.
A bientôt pou craze in maloya.
By 2MT


Odd Thomas, un médium pas comme les autres

Moment détente devant un bon film avec mon cher et tendre Florent.
Ce soir, il me propose de regarder Odd Thomas. Connais pas! Mais bon à ce qu’il paraît il est pas mal.
Allez c’est parti le film commence.
De prim’abord on dirait un film pour ados, et puis tout doucement on rentre dans l’histoire.

Odd Thomas, un personnage attachant.

C’est un garçon charmant, adorable et gentil. D’ailleurs ne pas dire qu’il est adorable, adorable c’est pour les chiots dit-il.
Il est serviable et très amoureux de Storm.
Il nous raconte comment il voit les morts et comment avec l’aide du Sheriff il résout certains meurtres.
Puis apparaissent dans la ville des Bodacks, des monstres que lui seul peut voir, un mélange d’alien et de squelette. Les Bodacks sont attirés par la mort violente, ils viennent sentir l’odeur des gens qui vont mourir ainsi.
La tension monte de plus en plus et on se surprend à avoir peur pour Odd Thomas et sa girlfriend.

La mort et la vie après la mort.

Selon Odd, les défunts peuvent apparaître pour nous montrer qui les a tué, et résoudre ainsi des meurtres non élucidé.
Comme moi, il voit les morts. Mais perso, je n’ai jamais résolu de meurtres et je ne suis pas sure d’en avoir envie.
C’est déjà très difficile de ressentir leurs émotions que je vais m’en tenir à là pour l’instant.
Il fait aussi allusion à des rêves prémonitoires, et grâce à tout cela empêcher une catastrophe. C’est TOP!
De mon côté je fais des rêves prémonitoires, qui se déroulent ici à la Réunion, entre volcans et cyclones, mais je ne peux intervenir sur l’action lorsqu’elle se produit. J’en suis juste informée avant tout le monde.

Un film plutôt réussi.

Ce film est frais, tendre, drôle, angoissant et émouvant.
J’ai pleuré à chaudes larmes mais je ne vous dirai pas pourquoi. J’ai beaucoup ri et par moments je me crispai car j’avais peur de ce qu’il allait se passer.  On finit toujours par sursauter même si on sait que le monstre arrive.
C’est un film très optimiste et Odd Thomas est plutôt craquant.
A voir absolument.

By 2MT


Il n’y a pas de grands rêves, mais seulement des petits rêveurs.

turbo l'escargot

Turbo l’escargot.

“There’s no big dreams, but only little dreamers.”

Un escargot passionné:

Theo l’escargot travaille dans les légumes avec ses petits collègues escargots.
Il n’hésite pas quitter cette activité pour vivre sa passion : la course automobile.

La société actuelle nous oblige à nous conformer à une tâche répétitive sans reconnaissance lorsque nous avons un emploi.
La passion et l’épanouissement personnel n’ont pas leur place.
Vous devez construire vos rêves, et vous serez le seul capitaine de votre croisière pour les réaliser.

Théo prend les choses en main et se dirige ainsi vers ce qui le rend heureux.

Maitriser et développez ses compétences :

Comme dans toute histoire de super héros, Théo l’escargot a un petit coup de pouce de la vie, il tombe dans l’oxyde nitreux d’une voiture.
Il acquiert ainsi des super-pouvoirs d’hyper grande vitesse, et devient Turbo.
Mais avant cela, il avait testé ses capacités normales d’escargot. Il avait réussi à parcourir 90 cm en 17 mn ce qui était pour lui un nouveau record.
Après son plongeon post nitreux, Turbo rencontre d’autres escargots de course. Il apprend que la pratique, la détermination et le risque sont payant.
Ses nouveaux amis n’ont pas de super pouvoirs, mais lors d’une course défiant la mort ils le battent grâce à la maîtrise de leurs propres talents.
En parallèle, dans notre société, nous devons apprendre à développer et à maitriser nos talents.
Chacun de nous en a, mais nous les exploitons différemment voir pas du tout.
Quelqu’un peut être meilleur dans une activité, et son ami meilleur dans une autre. Tout est une question de personnalité.
Le but étant de se connaitre pour apprendre à maitriser et développer ses compétences et ses talents.

Rêver et prendre des risques.

Guy Gagne: » Aucun rêve ne est trop grand, et aucun rêveur n’est trop petit ».

Le frère de Théo et d’autres collègues à “L’usine” l’encouragent à jouer la sécurité et à accepter ses limites. Le héros de Theo, légende de la course Guy Gagné, est son inspiration. Guy est souvent cité dans les interviews d’après-course. Theo rêve grand et suit le conseil de Guy de «prendre une chance et tout risquer.”
Malheureusement, ce ne est pas par hasard que Guy est de la France, où ils servent des escargots comme un met délicat. Plus tard, Guy révèle son vrai soi quand il dit Théo, “Les rêveurs doivent finalement se réveiller “.
En une phrase, le héros devient le méchant. Mais il y a du vrai dans cela :les rêveurs doivent se réveiller et être réaliste, mais en même temps continuer à rêver, pousser les limites, et prendre des risques calculés.

Soyez, vous-mêmes.

Whiplash: Es-tu une voiture?

Theo / Turbo: Non

Whiplash: Alors arrête de te conduire comme l’une d’entre elle! Sois un escargot!

Tout au long du film, Theo se pousse à être plus que ce qu’il n’est, d’être qui il est à l’intérieur. Son frère, Chet, n’est pas son plus grand partisan. Chet l’encourage à rester complaisant et accepter la place que Mère Nature lui a donnée.

En fin de compte, c’est une combinaison de qualités innées d’escargots de Theo (“Rentrez Roulez boulez”) Et son aspiration à être plus (“Ne pas se cacher dans votre coquille!”) Qui l’amène à la ligne d’arrivée. Lorsque Theo accepte pleinement qui il est et apprend à l’utiliser pour son profit, il réussit.

Construire une équipe de supporters.

Theo / Turbo: Tous ces gens, ils croient en moi.

Au début, Theo travaille à “L’usine” où aucun de ses collègues ne supporte ses rêves. Il est désengagé.

Vous pouvez blâmer les gens autour de vous ou la société pour laquelle vous travaillez, mais vous devez aussi vous prendre en main. C’est à vous de vous entourer de ceux qui vont vous encourager et vous inspirer. Qu’il s’agisse de vos collègues, amis, famille, ou réseau professionnel, obtenez une équipe de supporters. Ils vont vous pousser à réussir et vous relever quand vous échouerez. Theo n’a pas gagné l’Indy 500 par lui-même; il avait une équipe.
Ce qu’il faut retenir de notre petit escargot :
Soyez passionné, la passion est le trésor enfoui en vous et qui vous amènera à réussir.Prenez votre passion comme moteur de votre réussite.
Qu’il faut maitriser et développer ses compétences, dans un monde où on vous encourage à être répétitif et à entrer dans des cases qui ne sont pas les vôtres. Verrez-vous un jour une girafe monter à un arbre ? Pas sûr !
Prenez le temps de rêver et prenez le risque de rendre vos rêves réalité.
Tant que vous resterez dans votre zone de confort, le rêve risque de rester à l’état de rêve. Qu’attendez-vous pour les réaliser ?
Être soi-même, pour l’être il faut le découvrir. Qui nous sommes ? D’où nous venons ? Quelles sont nos capacités et que pouvons-nous construire et réaliser ?
S’entourer d’une équipe de supporters car ce sont ces personnes qui vont vous aider à vous élever et non pas vous rappeler que vous ne réussirez jamais.

Si un escargot arrive à gagner le grand prix d’Indianapolis alors je vous laisse imaginer ce que vous pourrez réaliser à une autre échelle !

BY 2MT


Commémoration de la révolte de 1811: hommage à Eli

Le week-end dernier c’était direction Colimaçons à St Leu pour célébrer la commémoration de la seule révolte d’esclaves qu’il y a eu sur l’Ile de la Réunion en 1811. L’abolition de l’esclave étant proclamé le 20 décembre 1848.

Le site: Colimaçons à St Leu

Il nous a fallu 2H de route entre Ste Suzanne et St Leu, la Route des Tamarins étant fermé à la circulation. Mais un soupçon de patience, de chaleur (33°C), et de musique, nous a donné le courage de rejoindre notre objectif.
On y arrive à 16H et là on se rend compte qu’on n’a pas un seul euro sur nous. Pas d’euros, pas de nourriture et pas de distributeurs automatiques donc pas d’euros.
Donc hop, on redescend à St Leu, et on remonte aux Colimaçons. Quel bonheur! Patience, patience!!!
Sur place une petite scène, un temps menaçant, 3 calbanons, un retraçant l’histoire de l’esclavage avec la possibilité de déguster un jus de tamarin maison, un autre avec des samoussas, bouchons et boissons (lorsqu’on est arrivé il n’y en avait plus! smile!), et un troisième où ils étaient en train de cuisiner au feu de bois.
Super on va dîner là ce soir, et bah non!  Je demande à une charmante dame quel va être le prix de la portion du repas.
Réponse: Ah non, ce n’est pas pour le public, c’est prévu uniquement pour les musiciens. Mais si vous restez dans le coin, je verrais ce que je peux faire! Nous dit-elle avec un grand sourire!
Pleuvra! Pleuvra pas! Quelques gouttes! Une grosse averse! Nous sommes trempés! Mais nous sommes courageux et on reste là à écouter les groupes qui s’enchainent.
Nous discutons avec plusieurs personnes et nous en apprenons beaucoup sur l’histoire de cette révolte.
Il n’y a pas beaucoup de public! Pourquoi?
Colimaçons terre des” gros blancs”, terre exploitée par les esclaves, eux-mêmes exploités par les Blancs à l’époque.
Le Maloya percute mais là où je devais ressentir plein de choses il ne se passe rien, pas de ressentis le grand vide. Étrange! Je m’interroge : est ce que les esprits d’esclaves se sentent bien ici et se réapproprient-ils aujourd’hui ce lieu où ils ont été en servitude? Ou alors ont-ils encore peur des esprits de leurs maitres?

Les esprits dansent au rythme du Maloya

L’ambiance est bonne enfant, on danse, on chante.
La pluie tombe de plus en plus fort, les rythmes changent. Quelque chose se passe! Quelque chose de mystique!
La pluie est libératrice, elle embrase les quelques danseurs, et pousse les musiciens à jouer plus fort.
en mode kabar maronmaloya kabar

Nous rencontrons Gael le chanteur de Kréolokoz, nous échangeons quelques mots. Nous aimons sa musique et son engagement.
Il nous invite au concert du 21 novembre au Séchoir à St leu. Nous sommes ravis.RDV est pris. Une belle rencontre en tout cas.

La nuit commence à tomber, il fait sombre.
Kréolokoz chante Zistwar Maronaz ou en 1745 des esclaves Marrons  viennent libérer un camps d’esclaves. L’histoire prend tout son sens. L’histoire de ces esclaves qui préfèrent vivre libre caché plutôt qu’enchainés et sous le joug d’un maître.
Fane silans amèr, nous rappelle qu’il ne faut pas oublier nos racines, notre identité “ sak inior l’hisoire, lé condané mounoir , à rotomb to ou tar dans mem fénwar, efas pa nout mémoire” ( ceux qui ignorent l’histoire, sont condamné à retomber tôt ou tard dans le noir, n’effacez pas notre mémoire).
Les percussions continuent de résonner, nos cœurs tremblent au rythme du roulèr.
Un de nos amis, se sent bizarre, il boit un verre de rhum et tout à coup se dirige droit au milieu des personnes qui dansent. Son regard a changé, il est imprégné par ses esprits il veut danser, ils veulent danser. On le rattrape, ce n’est pas le moment, il ne doit pas danser il le sait. Il s’assoit, se calme, revient à lui tout doucement.
Un autre groupe passe ses sons sont percutant, il envoie, il balance, et difficile de tenir en place.
Pour clôturer la soirée, Kiltir nous invite à venir danser à rentrer dans le rond. Nous sommes là pour un hommage, alors rendons le fièrement le poing levé.
Nono appelle Eli, l’esprit d’Eli est là, je le sens fort, fier, droit.
La chanson Kabar Marron libère les voix, et tous ensemble nous entonnons cette chanson, nous tapons des mains.
Eli et ses compères sont là, ils dansent avec nous.
Le moment est puissant, je le ressens si fort dans mon ventre. Les émotions sont intenses, j’en ai les larmes aux yeux.
Je ressens enfin ces présences que j’attendais. Je suis venue là pour eux, pour les célébrer et leur dire qu’on ne les oublie pas.

Mon ressenti

J’ai attendu la fin de soirée pour avoir les réponse a mes questions.
Les esprits d’esclave avaient peur et n’aimaient pas ce lieu.
Les esprits des maîtres étaient là tout autour avec leurs fusils et leurs chiens.
La peur était présente.
Et puis la nuit est tombée, dans le noir, les esprits des noirs  se sont libérés, ils ont dansé avec nous.
Ils ont célébré ce moment.
Je suis fière d’y avoir participé et ressenti tout cela.
Je sais d’où je viens, et je sais où je vais.
Je suis métisse Réunionnaise, fière de mes racines, car je sais d’où vient ma force.

Je vous invite à danser sur le clip officiel mais aussi à aller voir la vidéo de la soirée sur Facebook
Http://facebook.com/2mainstendues

By 2MT

 


Si vous devez vous battre, battez-vous!

Comme vous avez pu le constater, je suis fan de cinéma.
Ces derniers temps je m’amuse à trouver des messages d’espoir et d’encouragements dans les films ou les séries que je regarde. J’appelle cela le cinécoaching.

J’ai regardé pour la deuxième fois World War Z, sorti en 2013 avec Brad Pitt, adapté du livre du même nom de Marc Brooks.
Vous allez me dire que c’est un film de Zombie, et je répondrais oui mais pas que!

Les humains sont infectés par morsure par des zombies, tout le monde, le virus se propage. Personne ne semble à l’abri.
Pourtant Gerry Lane (Brad Pitt) trouve une faille dans le processus de contamination. Il semblerait que les zombies ne mordent pas les personnes qui sont malades ou sur le point de mourir.

Et si on se disait que ces personnes malades pouvaient être traduites en personnes différentes, en personne plus proche de Dieu vu que la mort n’est plus très loin.
Si on se disait que les zombies sont en fait, une métaphore du mal qui ronge tout simplement notre monde.
Si on se disait que cette guerre ressemble à ce qu’il se passe de nos jours entre les personnes qui se laissent emprisonner dans la masse et ceux qui sont éveillés.

Et si ce message nous concerne tous!

world war z

world war z