Youssoupha et son smile

Tu as des chansons comme celle là que tu passes et repasses et tu ne te lasses pas de l’écouter.
Youssoupha ça fait longtemps que tu chantes mais ça ne fait qu’à travers tes 2 derniers albums que j’ai fait mieux connaissance avec toi.
J’aime ton rap, et il y a des chansons qui me parlent plus que d’autres.
Aujourd’hui, c’est smile (souries). Je souris toujours, tous les jours. Je ne peux imaginer une journée sans sourire. Qu’on me le donne ou que je le rende peu importe le sourire se consomme à toutes les sauces chez moi.
Mon mari sourit toujours même quand sa va pas. Les gens le pensent naïfs, car sourire tout le temps semble être du domaine de la naïveté pour beaucoup. “Tu es bizarre car à chaque fois que je te vois tu souris” je cite une de nos connaissances.Voilà maintenant que le sourire est de l’ordre du bizarre. Dans quel monde vit-on!
Ne soyons pas radins, c’est gratuit, sa illumine le visage, et sa fait juste du bien à nous aux autres.
Alors souries à la vie, souries à l’univers…. Moi je souries! et Toi?

By 2MT


Christine Salem: son gros kér

spiritualité et maloya

spiritualité et maloya

Samedi soir j’ai eu la chance d’aller voir en concert l’une de mes chanteuses de Maloya préférée, Christine Salem.
Christine Salem avec sa voix grave m’a transporté, m’a fait vibrer, m’a emmené dans son monde.
Dans ses interviews elle parle de sa spiritualité, de cette liaison avec le maloya. De ses voyages à la recherche de ses origines, de son langaz cozé.
Christine a assisté à des cérémonies vouées au culte des ancêtres aux Comores, à Madagascar, sa recherche identitaire l’a conduite au Mozambique, à Zanzibar. ” Lorsque l’on cherche on trouve des ancêtres partout dans le monde.” dit-elle.
Elle qui s’est mise à écrire en Arabe alors qu’elle n’avait pas appris cette langue, un Arabe traduit par des experts.
Elle vit des transes sur scène, elle connaît nos traditions et elle partage avec le public ce qui doit être transmis.
Je ne comprends pas toutes les paroles de ses chansons, mais je les ressens. Ça vibre dans mon cœur et dans mon corps.
Le maloya est connecté avec une force venue d’ailleurs et Christine Salem nous le retransmet, libre à chacun de le ressentir.
Ce soir là, j’ai dansé, j’ai chanté, j’ai pleuré.
J’ai dansé un Maloya avec Danyel Waro qui est descendu de scène pour inviter le public à bouger au rythme du maloya.
J’ai chanté des paroles que je ne comprenais pas dans une langue que je ne connaissais pas.
J’ai pleuré en écoutant “Yelo”, et j’ai été très touchée par la reprise en créole de ” Alléluia” de Léonard Cohen.
J’en ai pris plein la vue par le spectacle des choristes et des musiciens.
J’aimais écouter des chansons en mode “guitare-voix” et bien maintenant je sais que je préfère le “roulèr-voix” de Christine Salem.
Cerise sur le gâteau, à la fin du concert j’ai eu la chance d’échanger quelques mots avec Christine Salem. Elle est en fait plus petite que je la voyais mais à travers ses mots et l’émotion j’ai rencontré son Gros Kér.
Petite parenthèse en rentrant sur St Leu, nous avons vu Mr Gilbert Pounia en train de chanter dans un café au bord de la plage. La boucle est bouclée.


Maloya mon amour.

Je ne cache pas mon amour pour la musique de mon île le Maloya, classé au patrimoine immatériel de l’Unesco.
Je suis fière de partager cette musique qui me fait vibrer ainsi que des milliers de Réunionnais.
En allant sur le web j’ai trouvé cette vidéo très sympathique et très intense.
Les images parlent d’elles mêmes. Merci Kiltir pour ce moment merci au groupe qui t’accompagne.
A bientôt pou craze in maloya.
By 2MT