Rencontre avec le Covid

13 jours après l’apparition des premiers symptômes je me sens presque guérie.
Je dis presque, car il me reste une toux qui a un peu de mal à s’en aller.
La question n’était pas vraiment si j’allais attraper le COVID ou pas, mais quand.
Je m’en sors bien, car j’ai été contaminée deux ans après son arrivée sur l’île de la Réunion où je vis.

On a beau avoir son avis sur la question et je fais partie de ces personnes qui ont un avis relativement bien tranché.
Mais le but de mon article est surtout de raconter comment j’ai traversé la maladie, quelles étaient mes ressources pour être à nouveau en bonne santé en même pas 15 jours, et enfin mon approche personnelle concernant le virus, le pass sanitaire et la vaccination.

Covid 19 on s’affole ou pas ?

Le Covid était pour moi, un bruit de fond incessant.
Des chiffres qui défilent sur mon smartphone, des « à ce qui parait monsieur X ou madame Y a eu le Covid ». Monsieur A est décédé du covid pourtant il n’avait que 40 ans.
A cela voici les annonces du préfet, et celles du président, et le conseil scientifique etc….
STOP je sature !!!stop
Il est là ce Covid, à l’affût d’une nouvelle personne fragile, ou d’une personne dont le nez était encore vierge de tout test PCR. Il est présent et bien comme il faut, parce que je l’ai bien senti passé.
Les jours précédents les premiers symptômes avaient été pourtant bien festifs, des anniversaires, de l’alcool, des câlins, on en oubliait presque ou pas, que le virus continuait à rôder.
Je m’étais interdit d’arrêter de vivre normalement. Les gestes barrières je ne connais pas dans mon cercle familial et amical. Mais je respecte les gens qui ont décidé de ne plus faire la bise ou de ne plus se faire de câlin, même si je trouve cela déroutant.
Maintenant saches que tu es responsable de tes émotions et de tes réactions face à cette crise sanitaire. Tu es responsable de la peur ou de l’amour que tu vas transmettre. Au final ce ne sont pas les autres qui te rendent malade, ce ne sont pas les autres qui t’empêchent de vivre normalement. Demande toi toujours où tu te situes, dans une zone de peur ou dans une zone d’amour?

Covid, rhume , grippe ou la dengue ?

Des maux de tête, de la fièvre, de la toux, des courbatures, du déjà vu en somme.
 Je ne m’affole pas, on est le jour 1.
Jour 2 quelques dolipranes, sirop pour la toux, rien d’anormal jusque-là.
Mon père et ma mère ont les mêmes symptômes, ma mère un peu moindre. Mon père étant un grand fumeur, la toux est plus virulente de son côté.
Le premier grand pic de fièvre était à la fin du jour 3, des frissons qui parcouraient tout mon corps, j’avais froid et je n’arrivais pas à me réchauffer. Malgré, les chaussettes, les couches de vêtement, la grosse couette, j’avais toujours froid. C’était super désagréable.
je suis malade
Jour 4, perte du gout et de l’odorat, plus d’appétit du tout. C’est le pire symptôme car Je suis une bonne vivante, j’adore la bonne nourriture. ET j’ai perdu une partie de mes sens. Chez moi ça a duré 4 ou 5 jours.
Jusque-là je ne m’inquiétais pas plus que ça, mais bon l’histoire du gout et de l’odorat ont commencé à m’alerter.
Je n’avais  pas l’impression d’être plus malade que cela et puis on aurait dit quand même une grosse grippe.
Il y avait des jours ou je me sentais mieux pendant la journée et puis rechute le soir.
Ou bien inversement, je me sentais mal le matin, toux, difficultés respiratoires, vomissements et ensuite l’après-midi j’étais en forme. Tout cela a duré une semaine.
Une semaine après mes parents sont allés se faire tester parce que mon père était mal en point il a 65 ans.
Et donc résultat, papa et maman sont positifs.
De mon côté je ne suis pas allée me faire, il était juste évident que j’avais la même maladie qu’eux et a part rester chez soi pour ne pas contaminer d’autres personnes, je n’avais pas vraiment autre chose à faire.
Donc physiquement ce n’était pas la grande forme en fonction des jours.
Mais 2 semaines c’est long et ça impacte sur le moral. ET c’est à ce niveau que tout se joue dans toutes les maladies, le moral, le taux vibratoire, la foi également dans mon cas.

Comment je me suis soignée ?

C’est ballot pour une énergéticienne d’être HS à cause d’une maladie.
Mais finalement ça nous rend d’autant plus humain et sensible à notre environnement.
J’étais consciente que je devais faire plus d’auto traitements de LaHoChi, mais je suis tout sauf vraiment rigoureuse.
Heureusement que les mois précédents j’avais fait beaucoup de soins énergétiques et cela a revigoré mon système immunitaire. Direction le 13eme Octave Lahochi
Je ne suis pas allée chez le médecin mais c’est parce que j’ai l’habitude de me soigner traditionnellement à base de plantes.
Mais je vous encourage par contre à y aller car tout le monde ne réagit pas de la même façon face à ce virus. Ce qui s’applique pour moi ne s’applique pas à tout le monde. Donc ayez toujours un avis éclairé sur votre santé.
J’ai eu peur de mourir un soir, la crise de toux était violente, et je n’arrivais plus à respirer, ça a duré de longues minutes, trop longues, sans air qui arrive à entrer correctement dans mes poumons.
Je me souviens avoir insulté la maladie, et je me disais sans cesse que je n’étais pas venue sur cette terre pour mourir avec le Covid. Je m’encourageais à respirer et à calmer ma respiration. Je visualisais mon corps, mes cellules et j’y envoyais tout ce qu’il me restait d’énergie et de lumière.
Par contre face à la maladie, face à la mort, il faut combattre. la vie est un combat
 Il faut se battre pour cette merveilleuse vie. Ne jamais abandonner, et pourtant la fatigue prend le dessus, et le moral n’est plus là.
J’ai beaucoup prié, que ce soit mes ancêtres, que ce soit l’Esprit Saint, l’Archange Raphael et sa lumière verte pour la guérison.
D’ailleurs je sais que je suis guérie car hier soir j’ai rêvé de la lumière blanche de l’Esprit Saint, j’étais inondée de cette lumière bienveillante.
J’ai également fait de l’auto hypnose, me répétant des mantras.
 J’encourageais mon cerveau, à trouver les ressources pour faire guérir mon corps. J’étais mon propre coach, et je ne devais rien lâcher. Je devais gagner et surtout ne pas laisser la peur m’envahir.

Notre corps a tout ce qu’il faut à l’intérieur pour se soigner, il faut lui faire confiance, il faut redonner de la puissance énergétique à nos cellules, faire un travail sur nos chakras.
Le Covid nous montre nos faiblesses, il fait très mal là où on est le plus fragile.
Mes connaissances en spiritualité, en énergie, mes connaissances en développement personnel, en auto hypnose et mes croyances et mémoires personnelles, ma foi, ainsi que mes croyances en l’auto guérison m’ont permis de faire un cocktail suffisamment détonnant pour que je sois remise aujourd’hui presque entièrement.

Pass sanitaire, vaccination obligatoire etc….

Complotiste, anti vax, pro vax, liberté vaccinale, le bruit de fond continue. Toujours aussi assourdissant.
Le monde tremble, les gens ont peur, les médias nous assaillent de part et d’autres d’images et d’infos terrifiantes.
Un fossé de défiance entre vaccinés et non-vaccinés s’est creusé.
On parle de distanciation sociale, d’obligation vaccinale, de privation de liberté. On finit par se sentir coupable de transmettre cette foutue maladie. Le contrôle est devenu incontrôlable.
JE REFUSE de céder à la peur, je m’interdis de perdre des gens que j’aime car nous n’avons pas la même opinion.
J’accepte ma méconnaissance de cette situation qui affecte aujourd’hui notre belle planète.
Je ne suis ni pro ni anti.
Et lorsque tout cela me déstabilise et que j’en perds presque la raison, je me reconnecte à l’instant présent.

Ce soir j’ai eu une longue discussion avec une personne chère à mon cœur.
ET ce que je lui ai dit, c’est : « éteignons tous ces bruits extérieurs, tenons-nous aux faits, rien que les faits. En ce qui me concerne les faits sont les suivants :
–  J’ai attrapé le virus et je vais bien aujourd’hui.
– Beaucoup de personnes autour de moi l’ont attrapé également, et malheureusement une seule personne est décédée après avoir contracté le Covid. Une seule personne est en réanimation aujourd’hui et merci l’Univers son état se stabilise et il est en voie de guérison.
– Les enfants n’ont pas été malades et n’ont pas transmis la maladie.
– Les personnes qui ont été vaccinés après avoir reçu leur première dose, ont été contaminées et vont bien.
– Certaines personnes ont été positives, d’autres pas, d’autre positifs mais asymptomatiques.
Le panel est large, mais tels sont les faits que j’ai pu voir et constater.
L’instant présent, c’est tout ce qui compte, encore plus que jamais. L’AMOUR doit être décuplé.Aimons-nous, prions et rayonnons dans cette noirceur grandissante. CARPE DIEM »remplissons ce monde d'amour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*