Amazing Grace, du negro spiritual au gospel

La scène se passe dans un cimetière américain, il pleut, les gens sont habillés en noir. La tristesse, des larmes mêlées aux gouttes de pluie. La terre est devenue boue. Tout le monde regarde le cercueil une dernière fois s’enfoncer dans ce trou béant. L’odeur des fleurs, le goût des larmes. Tout d’un coup, le son d’une voix, puissante, mélancolique, entre force et douceur, s’élève : « Amazing Grace …… »
Jamais une chanson n’éveillera autant de sentiments en moi, 4 fois sur 5 je me mets à pleurer en l’écoutant.
Du Negro spiritual au gospel voici les origines de cette chanson.

Sister Act, sorti en 1992 avec Whoopi Goldberg est l’un des films le plus populaire avec en bande originale du Gospel.

youtube=https://www.youtube.com/watch?v=r1nNdTyDZEs]

Le cliché est là, des noirs américains portant de longues robes colorées tapant des mains et prêchant des psaumes de la bible dans des églises.
Le Gospel trouve ses racines chez les esclaves africains en Amérique à partir du 17eme siècle, on parle alors de Negro Spiritual.
Là où dans les champs de cotons les propriétaires blancs voyaient de la gaieté dans le chant de ses esclaves. Ces derniers exprimaient leur tristesse ainsi que leurs espoirs de liberté.
Ils s’identifiaient aux Hébreux de l’Ancien Testament, libérés par Moïse afin de rejoindre la Terre Promise.
A titre d’exemple ; des titres tels que : « Wade on the water », « swing long », « sweet chariot » ou « motherless child », sont les plus connus de cette mouvance, ils ont été maintes fois repris.

Le mot gospel signifie « évangile », du vieil anglais godspell, c’est-à-dire « appel de Dieu » ou « parole de dieu ».
Au début du 20eme siècle le terme Gospel apparaît, plus commercial, et on met au placard le Spiritual.
On frappe des mains, on danse, l’organiste accompagne les clameurs, à cela on ajoute quelques cordes. Le Gospel est né et les textes s’inspirent du Nouveau Testament où Dieu est guide, et montre le chemin à ses brebis.
Le gospel côtoie le blues dans les années 20 et prend son véritable essor dans les années 60, avec des titres tels que « Ô happy day ». Des noms tels que Thomas Dorsay grand compositeur américain et Mahalia Jackson grande interprète  ont fait le tour du monde.

En France, le gospel s’installe d’abord dans les églises protestantes et catholiques. Les communautés afro-caribéennes y chantent désormais des messages d’espoirs. Dieu est là au quotidien et nous apporte optimiste et bonheur quand on a la foi.

By 2MT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*